Par Denis Langlois

Les enfants âgés de cinq à 18 ans ne devraient pas avoir plus de deux heures de temps d’écran récréatif par jour, tandis que les enfants plus jeunes devraient passer encore moins de temps devant les écrans électroniques.
De plus, les parents devraient encourager leurs enfants à choisir des activités de plein air plutôt que du temps d’écran et les enfants ne devraient pas utiliser d’écrans dans l’heure qui suit le coucher.

Ce sont là quelques-unes des recommandations pour l’utilisation sécuritaire des écrans électroniques contenues dans un énoncé de position conjoint de l’Association canadienne des optométristes et de la Société canadienne d’ophtalmologie.

Le président du CAO, le Dr Michael Dennis, a déclaré que les organisations avaient décidé de créer l’énoncé de position intitulé « Effets des écrans électroniques sur la vision des enfants et recommandations pour une utilisation sécuritaire », en raison de leur préoccupation collective que trop de temps passé devant un écran peut être nocif pour les yeux des enfants.

« Nous savons que les écrans sous toutes les formes – télévision, ordinateurs, téléphones intelligents – sont répandus dans notre société et les enfants passent beaucoup plus de temps sur les écrans maintenant que jamais auparavant », a déclaré Dennis au magazine Optical Prism.

« Les taux de myopie chez les enfants montent en flèche. Une étude menée en 2016 par des chercheurs de l’Université de Waterloo a révélé que les taux de myopie n’étaient que de six pour cent chez les enfants âgés de six à huit ans, mais augmentaient à près de 29 pour cent chez les enfants âgés de 11 à 13 ans. Cela suggère qu’à mesure que les enfants grandissent, ils passent plus de temps sur les écrans et moins de temps à jouer à l’extérieur, alors que nous savons que l’exposition à la lumière extérieure réduit l’apparition de la myopie.

« Nous devons donc mettre les deux ensemble – limiter le temps d’écran et espérer que cela ramène les enfants à plus de jeux en plein air. »

Dennis a déclaré que les lignes directrices ont été élaborées par un groupe de travail, qui comprenait des représentants des deux professions. Le groupe a passé en revue la littérature actuelle sur les symptômes oculaires et visuels liés à l’utilisation des écrans électroniques chez les enfants, puis a rédigé des recommandations fondées sur des données probantes pour une utilisation sécuritaire.

La recherche disponible, qui, selon le rapport, est limitée dans l’ensemble, comprenait une enquête de 2014 auprès de 200 enfants américains âgés de 10 à 17 ans qui a révélé que 80% des participants ont déclaré avoir brûlé, démangé ou fatigué les yeux après avoir utilisé des appareils électroniques portables.

D’autres recherches, y compris des rapports de la Corée du Sud, ont suggéré qu’une utilisation plus longue des smartphones était associée à une probabilité plus élevée de développer de multiples symptômes oculaires dans l’enfance, que la durée quotidienne de l’utilisation des smartphones était un facteur de risque de maladie de l’œil sec chez les enfants âgés de neuf à 11 ans et que l’utilisation d’écrans peut interférer avec le sommeil des enfants en raison de l’émission de lumière bleue.

D’après l’analyse documentaire, l’Association canadienne des optométristes et la Société canadienne d’ophtalmologie affirment que l’utilisation sécuritaire des écrans électroniques devrait comprendre ce qui suit :

Limites de temps d’écran – pas de temps d’écran (à l’exception possible du chat vidéo en direct avec le soutien des parents) pour les enfants âgés de deux ans et moins, pas plus d’une heure de temps d’écran par jour pour les enfants âgés de deux à cinq ans et idéalement pas plus de deux heures par jour de temps d’écran récréatif pour les enfants âgés de cinq à 18 ans;

Pauses, qui comprennent l’activité physique du corps entier, au plus tard après 60 minutes de consommation (après 30 minutes est encouragée);

Ergonomie du poste de travail – définissez la hauteur de la chaise pour que les pieds de l’enfant puissent reposer à plat sur le sol ou sur un tabouret sous les pieds pour permettre un soutien, les chaises ne doivent pas avoir d’accoudoirs à moins qu’elles ne s’adaptent parfaitement à l’enfant, les bureaux doivent être réglés à la hauteur du coude de l’enfant ou légèrement plus bas, il devrait y avoir suffisamment de profondeur sur le bureau pour permettre un soutien de l’avant-bras, les écrans doivent être placés devant l’enfant, le dessus des écrans d’ordinateur doit être au niveau des yeux de l’enfant, puis lui permettre de déplacer l’écran vers le bas dans une position de visualisation confortable au besoin et l’éclairage du poste de travail doit être égal dans tout le champ visuel;

Les écrans ne doivent pas être utilisés dans l’heure du coucher ou dans la chambre à coucher;

Les activités de plein air pendant le temps d’écran devraient être encouragées; et

Des examens réguliers de la vue, qui évaluent la capacité visuelle d’un enfant à faire face à ses exigences visuelles et offrent des traitements pour les carences.